samedi 6 décembre 2014

dimanche 30 novembre 2014

Bien entouré

Les lauréats du Grand Prix de le Cour des grands : 

Je, d’un accident ou d’amour entre Jean-Marie Blas de Roblès (L’Île du Point Némo) et Claudie Hunzinger (La langue des oiseaux). Pas mal !


jeudi 30 octobre 2014

Portraituré

Un joli papier dans l’hebdomadaire La Semaine (30/10 au 05/11/2014)


Les Bons Plans de Loïc Demey
Mots sensuels

Par Aurélia SALINAS
A 37 ans, Loïc Demey vient de voir son premier livre publié. De la poésie contemporaine où une histoire d’amour s’écrit sans verbes. Ce professeur d’éducation physique raconte comment il a eu cette idée pas si saugrenue que cela.
Bonjour, je m’appelle Loïc Demey, j’ai 37 ans et j’ai écrit un livre ». A peu de mots près, c’est ainsi qu’il s’est présenté aux libraires de la région. « J’étais pitoyable ». Pas facile de confier aux autres les mots que l’on a écrit, de les laisser vivre ailleurs, loin de soi. Pour Loïc Demey comme pour les autres auteurs sans doute, cette prise de distance prend du temps. « Aujourd’hui, quand j’ouvre le livre, je suis toujours étonné de voir mon texte dedans », reconnaît-il. Pourtant, ce sont bien ses mots et son histoire, celle d’une rencontre, d’un amour qui s’achève, d’un autre qui commence. « Oui  c’est une histoire d’amour, je le revendique ». Pourquoi une histoire d’amour ? Il répond par une autre question, procédé qu’il utilise souvent comme un mode de protection, une façon d’être aussi dans un perpétuel questionnement. « Pourquoi une histoire d’amour ? A quoi cela sert-il de vivre ? Créer et aimer; c’est ce qu’il reste d’une vie ». 

Orphelin de verbes


Dans son livre, les êtres ne s’aiment pas, ils s’amour. Loïc Demey a choisi de bâtir un récit sans verbe.  « J’écoutais une chanson d’Arthur H, inspirée d’un poème de Ghérasim Lucas : une expérience sur la langue où les verbes sont absents. J’ai voulu voir ce que cela donnait de ne pas mettre de verbes ni conjugués ni à l’infinitif. Je suis allé fouiller ailleurs dans des expressions détournées. J’ai travaillé sur la sensualité de la langue. C’est un peu comme quand on goûte une glace à la betterave ou un gâteau à la carotte », raconte Loïc Demey (…).


Pour lire la suite, c'est ici

vendredi 10 octobre 2014

En vitrine

Un immense merci à la librairie La Cour des grands – 9, rue Taison à Metz

jeudi 2 octobre 2014

En librairie

Je, d’un accident ou d’amour vient de paraître.

Préface d’Antoine Wauters :

« Aimer, quand tout se délite à la vitesse V, et si c’était ça, aujourd’hui – poétiquement, politiquement – l’acte absolu ? »






Quatrième de couverture :

« Depuis, ma pensée se désordre. Mon langage se confusion. D’un commencement comme ça. Je voiture Adèle jusqu’à la gare de l’Est, elle se départ chez elle, distance d’ici. Bien trop lointain. Elle m’amour, je l’énormément, mais elle s’en retour. A trois centaines de kilomètres. »












Où le trouver ?

- Dans les librairies affiliées à Cheyne Editeur (Onglet Liens / Librairies)
- Sur commande, ailleurs
- En ligne sur certains sites internet

mercredi 20 août 2014

Prochainement

Parution prochaine de Je, d'un accident ou d'amour, Cheyne éditeur / Collection grise.


" Plus rien d’importance depuis cette fille sur une chaise verte du jardin du Luxembourg, voiliers miniatures et lecture de poche. Instinctivement, je pas vers elle et lui paroles futiles. Le soleil d’abord, la chaleur ensuite."