jeudi 30 octobre 2014

Portraituré

Un joli papier dans l’hebdomadaire La Semaine (30/10 au 05/11/2014)


Les Bons Plans de Loïc Demey
Mots sensuels

Par Aurélia SALINAS
A 37 ans, Loïc Demey vient de voir son premier livre publié. De la poésie contemporaine où une histoire d’amour s’écrit sans verbes. Ce professeur d’éducation physique raconte comment il a eu cette idée pas si saugrenue que cela.
Bonjour, je m’appelle Loïc Demey, j’ai 37 ans et j’ai écrit un livre ». A peu de mots près, c’est ainsi qu’il s’est présenté aux libraires de la région. « J’étais pitoyable ». Pas facile de confier aux autres les mots que l’on a écrit, de les laisser vivre ailleurs, loin de soi. Pour Loïc Demey comme pour les autres auteurs sans doute, cette prise de distance prend du temps. « Aujourd’hui, quand j’ouvre le livre, je suis toujours étonné de voir mon texte dedans », reconnaît-il. Pourtant, ce sont bien ses mots et son histoire, celle d’une rencontre, d’un amour qui s’achève, d’un autre qui commence. « Oui  c’est une histoire d’amour, je le revendique ». Pourquoi une histoire d’amour ? Il répond par une autre question, procédé qu’il utilise souvent comme un mode de protection, une façon d’être aussi dans un perpétuel questionnement. « Pourquoi une histoire d’amour ? A quoi cela sert-il de vivre ? Créer et aimer; c’est ce qu’il reste d’une vie ». 

Orphelin de verbes


Dans son livre, les êtres ne s’aiment pas, ils s’amour. Loïc Demey a choisi de bâtir un récit sans verbe.  « J’écoutais une chanson d’Arthur H, inspirée d’un poème de Ghérasim Lucas : une expérience sur la langue où les verbes sont absents. J’ai voulu voir ce que cela donnait de ne pas mettre de verbes ni conjugués ni à l’infinitif. Je suis allé fouiller ailleurs dans des expressions détournées. J’ai travaillé sur la sensualité de la langue. C’est un peu comme quand on goûte une glace à la betterave ou un gâteau à la carotte », raconte Loïc Demey (…).


Pour lire la suite, c'est ici