dimanche 4 septembre 2016

Y vagabonder en ordre dispersé – Fragment #2




                                Volatil



C’était un matin. C’était il y a des jours, c’était l’année dernière
Un rouge-gorge

C’était sur la mangeoire de mon jardin, un petit oiseau, un rouge-gorge derrière ma fenêtre. Je me souviens aujourd’hui de ce léger moment. C’était au printemps

Je suis sorti, l’oiseau a délaissé son auge pour une clôture. Vif petit oiseau. Je me suis approché, il n’a pas bougé, j’ai ressenti joie et allégresse, sorte de victoire sur l’indélicatesse, je me tenais si proche de l’animal, j’étais le seul à en profiter
J’ai fait un pas maladroit, un pas brusque, un pas de trop et il est parti. Il est parti et je savais que plus jamais je ne le reverrais, je le savais
L’amour est-il une espèce de rouge-gorge ?
L’amour détient la fragilité d’un vif petit oiseau, il peut disparaître subitement et nous avons à cet instant la certitude qu’il ne se remontrera plus, qu’il s’est échappé à tout jamais

C’était un rouge-gorge, c’était un amour. Au printemps
C’était l’année dernière ou bien l’année d’avant. Vif petit amour




(Illustration par La Hulotte)